LE SYNDROME DE L’EXPLORATEUR ETRANGER AU MAROC

[ 0 ] 22 juin 2016 |

§§§§§§§§§§

Réflexion faite, on décide de rester pour "pacifier" la Chaouia.

La quasi-totalité des « explorateurs-chercheurs » étrangers ne s’intéressent que très peu aux étrangers du Maroc. Bien avant la conférence de Madrid en 1880, de nombreuses personnes étrangères avaient fait le choix de vivre au Maroc, leur nombre ne cesse de croitre en raison de l’accueil de la population marocaine.

Nous n’avons que peu d’informations sur la présence de ces communautés en ex zones Espagnole, Française où celle de Tanger ville internationale par excellence.

Nous comprenons parfaitement que le « maillon faible » constitue une cible privilégiée, la présence d’une population étrangère dynamique et très active au Maroc depuis des siècles et en particulier depuis le protectorat mérite un effort particulier pour rattraper le retard !

§§§§§§§§§§

En général l’explorateur se sent investi d’un pouvoir exceptionnel qui lui permettra de mettra à la disposition de son pays et ou de la communauté, les exceptionnelles  » découvertes » à travers la publication de ses « rapports » etc.

Le Maroc est un des rares pays qui offre de nombreuses opportunités aux personnes étrangères pour « contribuer » à faire découvrir des trésors insoupçonnés dans tous les domaines (tapis, fantasia, sports, marabouts, art culinaire, thermalisme, tourisme, artisanat, photographies, mode, architecture, investigations etc..

La principale raison de cet « engouement » pour les multiples facettes du Maroc c’est l’absence quasi totale de l’élément Marocain …

De 1907 à 1956 seuls les étrangers avaient la possibilité de publier librement leurs « travaux », ce qui n’était malheureusement pas le cas pour les gens du pays qui ont été neutralisé pour la cause, sinon comment justifier l’effort bénévole et  « exceptionnel » qui sera relayer par les canaux spécialisés …

J’ai pris comme exemple le magnifique ouvrage publié à l’occasion de l’années du Maroc en France, qui avait pour titre

L’Appel du Maroc

Le riche contenu de cet ouvrage comprend les « appels » suivants :

– L’appel de l’inconnu (13 auteurs étrangers)

– L’appel de Lyautey   (14 auteurs étrangers)

-L’appel de Tanger    (35 auteurs étrangers)

-L’appel des médinas (19 auteurs étrangers)

-L’appel du désert (6 auteurs étrangers)

Et, l’appel de l’oubli (5 auteurs étrangers)

LYAUTEY - FOUCAULD EN 1905

 Nous sommes en 1905 : Rencontre entre le Général Lyautey et le père Charles de Foucauld …

Deuxième rencontre entre le Général Lyautey et le père Charles de Foucauld.

Deuxième rencontre entre le Général Lyautey qui venait d’occuper la ville d’Oujda, et le père Charles de Foucauld.

 §§§§§§§§§§

– Charles de Foucault, lors de son périple à travers le Maroc à la fin du 19° s. décrit les Chaouias comme des nomades qui parlent l’arabe, forment une nombreuse tribu soumise au Sultan composée comme suit : 

( il regrette surement que cette tribu ne soit pas soumise à leur système dit de …protégés )

  -Ouled M’hammed (gouverné par 3 caïds) qui sont les :
                Ouled Zineg – Ouled Chaib -El Kholt – Ouled Amama. 
            
  -Khesasra (1 caïd) qui sont les: 
                O. Bekr – O. El Asri – Brasiyyin – O. Mni (s) f.e

                -El ouled (1 caid) 
  O. Bou Arif et Beni Imman (1 caïd)

  -MZAB (1caid) : Hamdaoua – Beni Sqettin – El Elf – Beni Brahim – Mnia – Jemouaa – O. Fers – O. Senjej.
                 Ziayda (2 caïds).

  Avec à leur tête 1 caid par tribu :
         Zenata – O. Sidi ben Daoud – O. Bouziri – O. Saïd – Lemzamza – O. Hriz et Lemdakra – O. Ziane – Mediouna .

§§§§§§§§§§

Inauguration du monument Charles de Foucauld par le Maréchal Lyautey le 30 décembre 1922. Pour la mémoire, l'histoire et le patrimoine de la ville de Casablanca, indépendamment des responsables "administratifs", il n'y avait aucune présence de la population Marocaine.

Inauguration du monument Charles de Foucauld par le Maréchal Lyautey le 30 décembre 1922.
Pour la mémoire, l’histoire et le patrimoine de la ville de Casablanca, indépendamment des responsables « administratifs », il n’y avait aucune présence de la population Marocaine.

Une des cartes postales publiées à l'époque. La position du Maréchal ne correspond pas à la précédente, en effet, il fallait "cadrer" l'image pour les besoins de la carte postale.

Une des cartes postales publiées à l’époque.
La position du Maréchal ne correspond pas à la précédente, en effet, il fallait « cadrer » l’image pour les besoins de la carte postale.

§§§§§§§§§§

Category: Blog

Laissez un commentaire