LES BARCASSIERS DE CASABLANCA EX ANFA

[ 0 ] 30 décembre 2017 |

LES BARCASSES ET LES BARCASSIERS

UN PAN DE L’HISTOIRE DES PORTS MAROCAINS DE LA COTE ATLANTIQUE ET DE LA VILLE DE CASABLANCA EN PARTICULIER.

LEUR TENUE VESTIMENTAIRE.

LE RAISS

LES CHANTS DES BARCASSIERS

LES TRADITIONNELLES REUNIONS CORPORATIVES

En 750 h, le Sultan Abou el Hassan quitta la Tunisie à destination du Maroc à la tête d’une importante flotte estimée à 600 unités, une forte tempête décima cette flotte au large des cotes de Bejaia.

Seuls quelques bâtiment purent continuer leur chemin, Sidi Allel El Kerouani, navigateur de son état fut surpris par la barre au large d’An fa. Il échoua avec son équipage, sauvé par les barcassiers il en devint le patron, la darse pris le nom de Kerouani, d’ailleurs jusqu’en 1930 le quai de sidi Allal El Kerouani figure sur les documents officiels du port…

La présence étrangère à Casablanca, s’inscrit dans le cadre des relations commerciales qu’entretenaient les habitants du Tamesna avec leurs partenaires par voie de navigation maritime. Qu’il s’agisse des Phéniciens, Carthaginois ou Romains lors de l’occupation de la région nord du pays, des Andalous lors de l’occupation de l’Espagne et du Portugal par les Arabes et enfin des Européens et Anglo Saxons.

La rade d’An fa caractérisée par le «cou » ou El Ank facilitait le repérage du cite, la darse permettait le chargement et déchargement des marchandises lorsque la mer est démontée, grâce à la navette qu’assurait les fameux barcassiers entre les quais et les bateaux mouillant au large.

Le port d’An fa offrait en plus de son cite d’accueil, une eau douce et abondante grâce à l’Oued Bouskoura alimenté par les sources d’Ain Chok, El Gorea (Koréa) et de l’Hermitage (dont l’importance du débit et visible sur la carte dressée en 1564), une marchandise variée, abondante et de qualité.

Le blé d’An fa en raison de sa qualité, désigné sous le nom de « Trigo Anafel » par les portugais, suscitait une concurrence acharnée entre les négociants des différents pays en raison des prix pratiqués sur le marché d’An fa tant pour les céréales que pour les bovins, ovins, peaux, cire, laine et autres produits.

La Tamesna, région située entre l’oued Bou – Regrague et celui de l’Oum Rabii avait changée de nom lors de l’installation par les Mérinides en 898 de l’Hégire, de pasteurs pour occuper la région qui porte aujourd’hui le nom de Chaouia (éleveurs de Machiyya «Chchaat ».

 

Category: Blog

Laissez un commentaire