1 : CASABLANCA EN 1877 : LA VISITE DU SULTAN MOULAY HASSAN I°

[ 0 ] 28 septembre 2014 |

Casablanca, fondée par le Sultan Sidi Mohammed Ben Abdellah -Mohammed III- porte l’emprunte de la dynastie Alaouite. Tous les Sultans et Rois, effectueront la prière du vendredi à la mosquée de Dar El Makhzen, de Mohammed III à Mohammed VI.

S.M. le Sultan Moulay Hassan I°, croquis réalisé par Salvator de Flot.

S.M. le Sultan Moulay Hassan I°, croquis réalisé par Salvator de Flot.

Sous la muraille plus que millénaire de Casablanca, le Sultan Moulay Hassan I° reçoit l'ambassadeur d'Italie, S.Exc. Scovasso accompagné d'une importante délégation.

Sous la muraille plus que millénaire de Casablanca, le Sultan Moulay Hassan I° reçoit l’ambassadeur d’Italie, S.Exc. Scovasso accompagné d’une importante délégation.

Casablanca : S.M. Moulay Hassan I° fait don d'une propriété à S.M. Alphonse XII Roi d'Espagne, pour permettre la construction d'une église Espagnole.

Casablanca : S.M. Moulay Hassan I° fait don d’une propriété à S.M. Alphonse XII Roi d’Espagne, pour permettre la construction d’une église Espagnole.

§§§§§§§§§§

Témoignage …

Hassan, notre témoin, né en 1850 âgé de 27 ans, assista en compagnie de ses amis du quartier aux cérémonies organisées pour l’occasion par les Autorités de la ville et la Colonie Européenne.

Son ami, Brahim Ben Moulay Larbi Hassani né en 1838 est inhumé à Sidi Belyout.

Écoutons-le,

Après le Dhor, en face de Bab Lekbir, ont pouvait assister aux fantasias qui mettaient aux prises les intrépides cavaliers des Chaouias, drapés dans leur tenues blanche, juchés sur leur montures magnifiquement harnachées de couleurs vives et de dorures, ils sont doués ces fils de famille sélectionnés parmi la crème des cavaliers, pour faire parler la poudre au milieu de laquelle surgissaient ces purs sangs (écumés) couleur galets de rivière.

Les You You des femmes suivaient à l’unisson la détonation des fusils appelées El Mnebhi.

– Les animateurs de Halkas (Cercles) se livraient à leurs habituelles exhibitions

Ils y avaient les conteurs des Azaliyyates, les chanteurs et danseurs du Souss, les chioukhs de l’Aita, les acrobates Ouled Sidi Ahmed Ou Moussa des Tazeroualet, Ouled Sidi Rahal, buveur d’eau chaude et marcheurs sur du verre…

Hassan et son groupe d’amis assistèrent à l’arrivée du cortége Royal au sanctuaire de Sidi Belyout.

Ils suivirent à partir de la skala le feu d’artifice qu’organisèrent les européens de Casablanca. Hassan qui gérait les affaires familiale, entretenait d’excellents rapport avec les commerçants européens qu’ont appelait Tajer, très apprécié par les espagnols, français et anglais pour sa droiture et sa correction.

En raison du respect dont il jouissait auprès de ses compatriotes, il lui arriva souvent de prendre la défense d’une famille étrangère ou juive.

D’ailleurs, l’une de ses connaissances casablancaise, l’espagnol Quijada y Guttierez (1830-1895) avait relaté la visite de Moulay Hassan dans une gazette européenne dont voici le texte :

L’espagnol Quijada y Guttierez (1830-1895) qui résidait à Casablanca donne une description détaillée de la visite qu’effectua le Sultan Moulay Hassan à Casablanca.

«  Le 16 mai 1877 à 8 h30 du matin parut le sultan sur la hauteur Sud-ouest de Casablanca (piste de Taddert) et gagna aussitôt son campement situé extra-muros à un Kilomètre environ au sud de la Ville. Les forts tirèrent 100 coups de canons. Au premier, les vice-consulats hissèrent leurs drapeaux. En grand apparat et avec une multitude de drapeaux, les (indigènes) s’étaient portés en foule, dès les premières heures du jour, au-devant de leur seigneur et maître. Rahma bent Mohamed, originaire de Tétouan, alla se placer devant le Sultan, sortit de sous ses vêtements un grand bol de lait et le présenta à Sa Majesté qui fit de la tête un signe d’approbation. Aussitôt la mauresque versa le lait sur la tête du cheval impérial. Sa Majesté sourit et lui fit remettre six napoléons, une femme juive s’avança vers le sultan elle reçut des louis.

L’armée avec laquelle venait le Sultan comprenait 18.000hommes.

La musique militaire comprenait 20 instruments, tout européens et dirigé par un espagnol.

Quelques jours auparavant deux sultanes étaient passées à Casablanca se rendant à Fès

Moulay Hassan entra dans Casablanca le mercredi matin, 17 mai à 9 heures et demie. Il visita le port et la douane, il donna l’ordre d’engager des travaux : Pour la restauration du mole au port, la mosquée, renforça les batteries, fit bâtir des  maisons et magasins…

A une heure et quart, le Sultan sortit de la ville par la porte du Sud et rejoignit son Campement il laissa comme Gouverneur Sidi el Haj Abdellah Hassan.

Le Sultan voulut être reçu simplement, sans la pompe et l’éclat qui accompagnaient les visites précédentes : Cependant, le 16 et 17 au soir il y eut des feux d’artifices lancés de la terrasse du vice-consulat britannique, et des feux de Bengale ; Quelques mats étaient illuminés surtout ceux d’Angleterre et du Brésil.

Le Sultan alla prier dans l’ermitage de Sidi Belyout. Durant la prière on immola des génisses ainsi qu’à Sidi Allal el Kerouani pour célébrer l’heureuse arrivée du Sultan.

Au cours de ses visites il répondit aimablement au salut du R.P. Fray Ramon Alvarez y Lugin, de la mission espagnole.

Le 18 à onze heures et demie, le Sultan reçut les vice-consuls et les commerçants étrangers, l’infanterie formait une double haie depuis le campement jusqu’à moitié du chemin de la Ville.

A l’heure indiquée, le Sultan, monté sur un cheval blanc, sortie de son enceinte au son de la musique pour passer devant les consuls et commerçants étrangers groupés par colonie.

A l’issue de la réception, il reçut Son Excellence M. Scovasso, ministre d’Italie au Maroc.

Sa Majesté chérifienne quitta Casablanca le 19 à 8 heures du matin ».

Cette même année, Moulay Hassan envoya des ambassadeurs porteurs de riches présents aux Gouvernements Français, Anglais, Italiens, Belges, etc.…dans le but de renouer des relations amicales de ces pays avec le Maroc.

Category: Blog

Laissez un commentaire