UN AMERICAIN A CASABLANCA

[ 0 ] 22 octobre 2015 |

LIFE : La revue américaine apportera un nouvel éclairage sur la ville de Casablanca.

LIFE : La revue américaine apportera un nouvel éclairage sur la ville de Casablanca…

Au lendemain du débarquement, la plupart des habitants de la ville européenne, ont compris l'intérêt pour eux, d'apprendre l'anglais !

Au lendemain du débarquement, la plupart des habitants de la ville européenne, ont compris l’intérêt pour eux, d’apprendre l’anglais !

Une petite ballade du coté des Habous !

Une petite ballade du coté des Habous !

Indépendamment de la largeur de la chaussée, de l'âge des palmiers, balcons, fenêtres et terrasses, ainsi que du nom du promoteur immobilier, de l'architecte, de l'entrepreneur etc. cette très belle "photo" à été prise, par un artiste, au moment du bombardement du port, par la marine et l'aviation américaine ...

Indépendamment de la largeur de la chaussée, de l’âge des palmiers, balcons, fenêtres et terrasses, ainsi que du nom du promoteur immobilier, de l’architecte, de l’entrepreneur etc. Cette très belle « photo » à été prise, au moment du bombardement du port, par la marine et l’aviation américaine …

La légende : C'est ici qu'en janvier 1943 eut lieu la 1ère Conférence Européenne présidée par Franklin D. Roosevelt. En médaillon le président des Etats Unis d'Amérique, qui recevra en tête à tête, Feu S.M. Mohammed V, pour le remercier de l'effort consenti par le Maroc, pour venir en aide à la France et contribuer ainsi à la libération de l'Europe. De nombreux sites se "concentrent" sur les immeubles de la ville européenne, pour éviter d'évoquer des vérités historiques et par là noyer le poisson, sous un déluge de noms de personnes étrangères !

La légende : C’est ici qu’en janvier 1943 eut lieu la 1ère Conférence Européenne présidée par Franklin D. Roosevelt.
En médaillon le président des Etats Unis d’Amérique, qui recevra en tête à tête, Feu S.M. Mohammed V, pour le remercier de l’effort consenti par le Maroc, pour venir en aide à la France et contribuer ainsi à la libération de l’Europe.
De nombreux sites se « concentrent » sur les immeubles de la ville européenne, pour éviter d’évoquer des vérités historiques et par là noyer le poisson, sous un déluge de noms de personnes étrangères !

Il y a une différence fondamentale entre l’histoire de l’architecture coloniale et celle qui à été bâtie par les enfants de ce pays, de 1907 jusqu’en 1956 ( Chaouia, Atlas, Souss, Rif, Sahara … pour obtenir sa libération.

Arrêt au Bd Brahim Roudani : Des officiers américains font le tour de la ville en fiacre. La propagande coloniale, ne voyait pas d'un bon œil, la parade des officiers américains !!!

Arrêt au Bd Brahim Roudani : Des officiers américains font le tour de la ville en fiacre.
La propagande coloniale, ne voyait pas d’un bon œil, la parade des officiers américains !!!

Un peu d'histoire ... simplement : Le message du président Roosevelt, lâché par des avions américains, qui vont survoler le ciel de la ville blanche, des quartiers marocains de la périphérie (Médinas et Bidonvilles) en passant par la ville européenne et ses quartiers satellites du Maarif et des Roches-Noires. Le texte en arabe avait eu un écho favorable auprès de la population marocaine, qui va percevoir un air d'équité et un espoir de liberté, par rapport au régime dit de protectorat, pratiqué par les fidèles du régime de Vichy, très nombreux au sein de la ville européenne !

Un peu d’histoire … simplement :
Le message du président Roosevelt, lâché par des avions américains, qui vont survoler le ciel de la ville blanche, des quartiers marocains de la périphérie (Médinas et Bidonvilles) en passant par la ville européenne et ses quartiers satellites du Maarif et des Roches-Noires. Le texte en arabe avait eu un écho favorable auprès de la population marocaine, qui va percevoir un air d’équité et un espoir de liberté, par rapport au régime dit de protectorat, pratiqué par les fidèles du régime de Vichy, très nombreux au sein de la ville européenne !

 

Au port de Casablanca, le débarquement du matériel de guerre américain, destiné aux troupes françaises. La division des blindées qui fera son entrée à Paris, sous le commandement du général Leclerc, à été constituée à ... Rabat. La presse coloniale -le petit marocain- la vigie marocaine- l'écho du Maroc etc. remplira des pages entières de sujets bidons, pour éviter d'évoquer cette vérité historique.

Au port de Casablanca, le débarquement du matériel de guerre américain, destiné aux troupes françaises. La division des blindées qui fera son entrée à Paris, sous le commandement du général Leclerc, à été constituée à … Rabat.
La presse coloniale -le petit marocain- la vigie marocaine- l’écho du Maroc etc. remplira des pages entières de sujets bidons, pour éviter d’évoquer cette vérité historique.

Sur les hauteurs du quartier d'Anfa, lors de la conférence qui s'est tenue sous la présidence de Roosevelt en janvier 1943.

Sur les hauteurs du quartier d’Anfa, lors de la conférence qui s’est tenue sous la présidence de Roosevelt en janvier 1943.

Après le débarquement du 8 novembre 1942, et les douloureux combats qui les avaient opposés au troupes alliées au régime de Vichy, les troupes américaines prennent le contrôle de la ville et en assure désormais la sécurité. C'est une nouvelle page de l'histoire de la ville de Casablanca et du Maroc, qui vient de s'ouvrir. Le système dit de protectorat, déploiera toute son énergie et son savoir faire, pour occulter ces évènements. Il réussira en partie, grâce à la diffusion des centaines de milliers de cartes postales, relatives aux immeubles de la ville européenne et surtout, aux symboles de la colonisation à travers les plaques de personnes étrangères, stèles, monuments, statues etc.

Après le débarquement du 8 novembre 1942, et les douloureux combats qui les avaient opposés au troupes alliées au régime de Vichy, les troupes américaines prennent le contrôle de la ville et en assure désormais la sécurité.
C’est une nouvelle page de l’histoire de la ville de Casablanca et du Maroc, qui vient de s’ouvrir. Le système dit de protectorat, déploiera toute son énergie et son savoir faire, pour occulter ces évènements.
Il réussira en partie, grâce à la diffusion des centaines de milliers de cartes postales, relatives aux immeubles de la ville européenne et surtout, aux symboles de la colonisation à travers les plaques de personnes étrangères, stèles, monuments, statues etc.

 

 De l'histoire ... simplement : Rien à voir avec les ... cartes postales ! La revue américaine Life, publiera un excellent reportage en mettant en scène, un jeune couple américain à travers ses déplacements à Ain Diab et les Habous ... Les autorités du protectorat ont vite fait de ramasser la poignée de numéros, mis en vente au centre de la ville européenne, de peur qu'ils ne tombent entre les mains des ... marocains ! Inutile de rappeler qu'il n'y avait pas un seul kiosque à journaux au Der Sultan, les quelques rares et exceptionnelles revues égyptiennes où libanaises qui traversaient par miracle, l'infranchissable mur de la censure, valaient leur pesant d'or. Dans les années 1950 la même revue Life, nous fera découvrir pour la première fois, dans un magnifique reportage, les visages des nationalistes marocains. Je me souviens de ces moments inoubliables, emprunts d'espoir de liberté et de réunification du Maroc. Si mes souvenirs sont bons, les photos des nationalistes marocains étaient celles de : Belhassan El Ouazzani, Balafrej, Abderrahim Bouabid, Haj Omar Benabdeljalil, Fqih El Ghazi ... Rien que des ténors, que nous découvrions pour la première fois ... Pour la petite histoire, la presse coloniale n'a jamais publier une seule photo d'un nationaliste marocain ! N.B : En 1934, les nationalistes de Casablanca, et notemment Si Bouhelal, devaient tenir une réunion publique (Rassurez-vous, la ville européenne leur était formellement interdite) pour présenter les revendications marocaines, en présence de Belhassan El Ouazzani, Allal El Fassi, Lyazidi. Cette réunion devait se tenir au Derb Sultan dans le domicile d'un nationaliste (du coté des Habous) les forces dites de l'ordre, sont intervenues brutalement et ont procédés à l'arrestation des quatre leaders nationalistes. Un manifestation à été organisée devant la miosquée Mohammedi (Habous) elle sera dispercée par la force...

De l’histoire … simplement :
Rien à voir avec les … cartes postales !
La revue américaine Life, publiera un excellent reportage en mettant en scène, un jeune couple américain à travers ses déplacements à Ain Diab et les Habous …
Les autorités du protectorat ont vite fait de ramasser la poignée de numéros, mis en vente au centre de la ville européenne, de peur qu’ils ne tombent entre les mains des … marocains !
Inutile de rappeler qu’il n’y avait pas un seul kiosque à journaux au Derb Sultan, les quelques rares et exceptionnelles revues égyptiennes où libanaises qui traversaient par miracle, l’infranchissable mur de la censure, valaient leur pesant d’or dans nos quartiers, échangées parfois sous le manteau, de peur de se faire remarquer par les nombreux indicateurs de la police …
Dans les années 1950 la même revue Life, nous fera découvrir pour la première fois, dans un magnifique reportage, les visages des nationalistes marocains.

Je me souviens de ces moments inoubliables, emprunts d’espoir de liberté et de réunification du Maroc.

Si mes souvenirs sont bons, les photos des nationalistes marocains étaient celles de : Belhassan El Ouazzani, Balafrej, Abderrahim Bouabid, Haj Omar Benabdeljalil, Fqih El Ghazi … Rien que des ténors, que nous découvrions pour la première fois …
Pour la petite histoire, la presse coloniale n’a jamais publier une seule photo d’un nationaliste marocain !

N.B : En 1934, les nationalistes de Casablanca, et notamment Si Bouhelal, devaient tenir une réunion publique (Rassurez-vous, la ville européenne leur était formellement interdite) pour exposer les revendications marocaines, en présence de Belhassan El Ouazzani, Allal El Fassi et Lyazidi.

Cette réunion devait se tenir au Derb Sultan dans le domicile d’un nationaliste (du coté des Habous) les forces dites de l’ordre, sont intervenues brutalement et ont procédés à l’arrestation des quatre leaders nationalistes. Une manifestation organisée devant la mosquée Mohammedi (Habous) sera dispersée par la force…

Une petite escapade à l'américaine du coté de Sidi Abderrahmane.

Une petite escapade à l’américaine du coté de Sidi Abderrahmane.

Un peu d'histoire ... simplement : 1943 : Aéroport d'Anfa ex Aérodrome du Camp Caze : A l'invitation du Commandement des forces américaines au Maroc, le Sultan Sidi Mohammed Ben Youssef, future Mohammed V, accompagné du prince héritier Moulay Hassan future Hassan II, s'est montré intéressé par le matériel exposé. Le prince Moulay Hassan, montera à bord d'un des avions qui participeront aux combats, lors du débarquement alliée sur la cote méditerranéenne.

Un peu d’histoire … simplement :
1943 : Aéroport d’Anfa ex Aérodrome du Camp Caze :
A l’invitation du Commandement des forces américaines au Maroc, le Sultan Sidi Mohammed Ben Youssef, future Mohammed V, accompagné du prince héritier Moulay Hassan future Hassan II, s’est montré intéressé par le matériel exposé. Le prince Moulay Hassan, montera à bord d’un des avions qui participeront aux combats, lors du débarquement alliée sur la cote méditerranéenne.

Category: Blog

Laissez un commentaire