PASSEURS D’ESPERANCE-FRANCAIS LIBERAUX DANS LE MAROC EN CRISE 1945-1955

[ 0 ] 30 décembre 2015 |

Un remarquable témoignage sur les Français Libéraux par Anne-Marie ROSELET.

Un remarquable témoignage sur les Français Libéraux par Anne-Marie ROSELET.

Anne-Marie Roselet.

Anne-Marie Roselet.

 

Les 75 signataires de la lettre remise par une délégation de Français du Maroc le 8 Mai 1954 au Président Français Monsieur René Coty:

M.M Ardin Paul, Mme Attuyt, Mme Baron Anne-Marie, Bellaigue Bertrand, Me Buttin, Colonel Butzer, Cabrol, Camillieri, Mme Cauvet, Celier, Dr Chauvin, Charroy Yves, Charron, Convers Alain, Cotinaud Olivier, Me Cornu, Melle Couerbe (dite Darbor), Decout, Dr Delanoë, Halley Des Fontaines, Deodati, Duperrey, Melle Duplat, Melle Empis De Vendin, Mme Ercole Josée, Fauconnet, Mme Fauconnet, François, Feltin André, Mme Feltin-Stacheling, Frémont, Gaignaire Frank, Gallucci, Melle Gilbert, Guerpillon, Guillemot Pierre, Me Houet Simone, Jarraud, Kamm, Me Larrouy, Mme Lebrun Simone, Lescure, Mme Lescure, Melle Martinaggi, Marrazani, Maximoff Serge, Mazzella Antoine, Melle Meheut, Colonel Mengin,Morelet, Mme Morelet, Orain Robert, Mme Orain, Me Paco, Pignal, Pirot, Philippe, Mme Philippe, Prallet, Mme Pré, Melle Quélin, Général Richert, Rollat, Sabatier, Saget, Commandant Sartout, Mme Sartout Jacqueline, Schneltzer, Senal Gérard, Siméoni Pierre, Teilhac, Mme Theil, Tapiero, Mme Razon Madelaine, Me Razon Lydie, Mlle Vasquez.

D’autres Français se rallieront aux 75, le journal Maroc-Presse publia la liste des 55 nouveaux signataires.

Avec Henryane de Chaponay, Ahmed Benkirane et Maurice Buttin

Durant les dernières années du Protectorat alors que la lutte, devenue armée, s’intensifiait, les français présents alors au Maroc se sont divisés en deux groupes antagonistes : présence française, créée en 1953, groupait les ultras autour des défenseurs d’un ordre immuable, Conscience française, créée en juin 1954, groupait les libéraux, fervents défenseurs de l’indépendance. Par leur action, ceux-ci ont fortement contribué, sans aucun intérêt personnel, autour du quotidien Maroc presse d’Antoine Mazella, à faire avancer, en France surtout, la question de l’indépendance marocaine et à l’internationaliser. Ils ont laissé une empreinte très forte et mené un combat acharné contre le Protectorat, ce qui leur a valu maints déboires. Les personnalités dominantes de ce mouvement autour de Lemaigre Dubreuil, vite disparu, ont été Reitzer, la famille de Chaponay, le père Peryguère, le journaliste Pierre Parent, expulsé du Maroc dès 1952, l’historien Guy Martinet, humaniste, disparu en 2003, et, entre autres, le médecin Guy Delanoe qui dirigeait Conscience française. Issu d’une famille présente au Maroc depuis 1907, ce médecin était le fils d’une femme remarquable, d’origine russe, Eugénie Delanoé, venue s’installer à El Jadida et qui y a officié une trentaine d’années. Son histoire a été racontée par sa petite fille Nelcya Delanoé, dans le livre « la femme de Mazagan ». Au-delà donc de leurs prises de position politiques, les libéraux français du Maroc ont mené une action sociale en profondeur et ont contribué au rapprochement des communautés qui vivaient alors au Maroc. La fameuse lettre des 75, remise au président français Coty, a été à l’époque un coup de tonnerre.

Cette histoire, qui a fait l’objet de nombreux ouvrages, Hervé Bleuchot, Anne Marie Rozelet, numéros spéciaux de revues, comme Horizons maghrébins, récemment d’un passage de Maurice Buttin dans son livre sur Ben Barka, est très bien connue dans les milieux spécialisés, encore que le passage du temps soit en train de l’écraser, mais ignorée en général des jeunes marocains. Il serait temps de la restituer aux jeunes générations dans un objectif d’humanisme, de mémoire et d’internationalisme. 

§§§§§§§§§§

Category: Blog

Laissez un commentaire